Go to menu Go to content

Essais routiers

Jaguar XJ 2009

À la recherche d'un deuxième souffle

Par : Benoit Charrette

La Jaguar XJ, depuis les années 60, est l'incarnation du bon goût et du classicisme anglais. Une formule qui a connu du succès, mais qui montre des signes d'essoufflement sur la génération actuelle, apparue en 2004. Avec un nouveau propriétaire indien (TATA Motors), difficile de prédire si les plans initiaux de Ford, l'ancien proprio, iront de l'avant. Ford avait présenté l'an dernier au Salon de Detroit la voiture concept CX-F qui annonçait la prochaine XJ. Or, le chef du " Design " de Jaguar, Ian Callum, travaillait déjà sur cette prochaine XJ à qui l'on appliquait le même traitement qu'à la XF, remplaçante de la S-Type : un style plus dynamique et contemporain. Cette nouvelle XJ devait se pointer à l'été 2009. Donc, il s'agirait des derniers tours de roues pour l'actuelle XJ.

Carrosserie

Au moment de ses dernières retouches, l'an dernier, il était difficile de la distinguer de la précédente XJ. Il y avait bien son châssis en aluminium qui lui procurait des lignes plus fines et un poids plume face à ses obèses concurrentes allemandes, mais la philosophie dans l'approche stylistique demeurait la même. Un dessin intemporel, et son identité pure Jaguar qu'on ne retrouvera plus sur les prochains modèles de la marque qui suivront le style de la nouvelle XF. Certains la trouveront donc un peu désuète, mais beaucoup salueront sa classe indémodable qui nous suit depuis les années 60; mais de toute évidence cette recette ne fonctionne plus.

Habitacle

Nous l'avons souvent répété, mais à bord l'ambiance est unique. On reconnaît une Jaguar à son odeur, à son bois, au touché souple et moelleux de son cuir fin. Malheureusement, les économies d'échelle du groupe Ford (précédent propriétaire de la marque) se ressentent, et certains plastiques ou assemblages ne sont pas à la hauteur de la noblesse de l'ensemble. Elle ne supportera pas la comparaison avec des concurrentes germaniques. À noter, le système de navigation doté d'un écran tactile est un exemple à suivre pour sa grande convivialité. Si l'habitacle n'est pas très grand au regard de la taille de la voiture, les sièges y sont confortables, et l'on peut affronter de longs trajets en toute décontraction. On se sent simplement au Moyen-Âge à bord d'une Jag quand on la compare avec les très technologiques berlines allemandes.

Mécanique

Le V8 de 4,2 litres est toujours de service. La XJR comprend un compresseur volumétrique qui ajoute souplesse et puissance et confère à cette berline étonnante une dimension extraordinaire. Contrairement à bien compresseurs qui rendent les voitures plus agressives, celui-ci donne une forme athlétique et une grande fluidité à la XJR. La boîte de vitesses à 6 rapports, mise au point par le fabricant allemand ZF, est parfaite. Quand on adopte une approche dynamique au volant, la rapidité des transitions encourage la conduite sportive. Et quand on choisit une conduite tranquille, la douceur des passages nous fait oublier la boîte.

Comportement

La XJ et la XJR cumulent les effets bénéfiques de leur légèreté et de leur magnifique V8 à la sonorité enchanteresse et aux accélérations vigoureuses. Il vous faut seulement 5,3 secondes pour avaler le 0 à 100 km/h à bord de la XJR. C'est remarquable pour une voiture qui fait plus de cinq mètres. De plus, grâce à son châssis en aluminium très rigide, elle est extrêmement agile et très joueuse sur petite route. Les freins seront les premiers à montrer des signes de fatigue. De toute façon, elle n'est pas taillée pour courir des spéciales de rallye, mais bien pour avaler l'autoroute à grande vitesse.

Conclusion

Plus vraiment dans le coup, mais loin d'être inintéressante, la Jaguar XJ est une voiture à part, une vraie alternative originale aux limousines allemandes. Et comme c'est souvent le cas des anglaises, elle gagne à être connue.

Deuxième avis : Philippe Laguë

La Jaguar XJ, c'est une voiture comme je les aime. Elle a de la classe, du raffinement, de la personnalité et, en plus, elle est belle. Bref, c'est une Jag ! Cette magnifique berline, sans nul doute la meilleure de l'histoire de cette grande marque, n'a rien à envier à ses rivales sur le plan technique, avec sa carrosserie en aluminium et sa technologie de pointe. Mieux encore, ses concepteurs ont réussi à garder ça simple : pas de système informatique compliqué à l'intérieur, façon BMW ou Mercedes-Benz... Et surtout, surtout... Ce cuir, ces boiseries, ce cachet unique qui font qu'une Jag est une Jag. Ça, et sa beauté intemporelle... sa grande douceur de roulement... son V8 onctueux... J'aime ! Passionnément. Les froides allemandes (pléonasme) ou les ennuyeuses japonaises (pléonasme - bis), très peu pour moi.