Go to menu Go to content

Essais routiers

Dodge Avenger 2009

Déclassée

Par Jean-Pierre Bouchard

L'Avenger livre bataille à des voitures dont la réputation l'oblige à sortir l'artillerie lourde pour attirer la faveur des acheteurs. Et pas uniquement celles des gestionnaires de véhicules de parc. Or, cette voiture démontre un manque de raffinement par rapport à d'autres comme la Chevrolet Malibu et la Hyundai Sonata.

Carrosserie

La berline intermédiaire reprend les traits caractéristiques musclés de la Charger. Des traits qui lui donnent une allure athlétique intéressante et lui permettent de se démarquer de la Chrysler Sebring, son pendant. Dodge la décline en versions SE, SXT et sportive R/T. Élément inesthétique sur toutes les versions : l'inélégant réservoir de carburant exposé.

Habitacle

Chrysler réalise ordinairement de belles présentations intérieures. Le mariage des couleurs choisies et des matériaux crée une belle atmosphère. Les sièges avant ne sont toutefois pas les plus confortables de la catégorie : leur trop grande fermeté déplaira à certains. D'autres trouveront le coussin et le dossier du siège trop étroit. Du reste, la position de conduite est bonne. Le volant est inclinable et télescopique, alors que les commandes, pour la plupart, sont faciles à utiliser et bien placées. La forme et la dimension du centre du volant peuvent compliquer la consultation des instruments de bord. De plus, la visibilité est pénalisée par la largeur des piliers qui retiennent la lunette, la forme des portes arrière et la hauteur du couvercle de coffre. C'est au chapitre de la qualité et de l'assemblage des matériaux que le bât blesse. Les plastiques utilisés dégagent une impression… de plastique. À ce titre, Hyundai fait mieux à un prix comparable. La console centrale permet d'y loger nombre d'objets. Option originale et pratique : le porte-gobelet chauffant et réfrigérant. L'habitacle filtre difficilement les bruits de roulement et de vent. Dodge affirme toutefois avoir amélioré l'insonorisation pour 2009. La banquette arrière n'est ni d'accès facile ni la plus confortable de la catégorie. Deux personnes de grande taille peuvent néanmoins y prendre place. Celles ci bénéficieront d'un dégagement pour les jambes et la tête suffisant. Le coffre contient environ 80 litres de moins que celui de la Sonata et 60 litres de moins que celui d'une Ford Fusion. Leurs dimensions sont pourtant comparables. La banquette est rabattable 60/40, alors que le siège du passager avant peut être replié sur les versions SXT pour transporter des objets plus longs.

Mécanique

Le moteur à 4 cylindres de 2,4 litres à calage variable des soupapes fournit des prestations suffisantes dans la plupart des situations. Ce moteur manque toutefois de raffinement en matière de douceur de fonctionnement. Le V6 de 2,7 litres fait un peu mieux au moment d'accélérer et de dépasser. À peine. Optez plutôt pour le moteur de base. Le V6 de 3,5 litres, plus moderne, assure des performances beaucoup plus énergiques. Et il est plus onctueux que le 2,7-litres, en plus d'être associé à une boîte de vitesses automatique à 6 rapports. La consommation de carburant est également à peine plus élevée que celle du 2,7 litres. Ce moteur n'est malheureusement offert que sur la R/T, plus chère.

Comportement

La suspension ferme de l'Avenger amortit les imperfections de la route avec compétence dans la plupart des situations. L'ensemble manque toutefois de raffinement. Le plaisir de conduire n'est pas au rendez-vous, sauf peut-être du côté de la R/T. Les freins à disque aux quatre roues avec l'antiblocage et le contrôle de la stabilité du véhicule (ESP) n'équipe pas de série la version de base. Ces éléments font pourtant partie de l'équipement de série d'un Jeep Compass Sport de moins de 20 000 $ ! Optez alors pour le groupe SXT.

Conclusion

La berline de Dodge n'ajoute rien de plus au sein d'une catégorie concurrentielle. C'est une voiture qui ne semble pas avoir été conçue dans l'esprit de plaire aux consommateurs mais plutôt aux entreprises de location à court terme, notamment. Car l'agrément de conduite et le raffinement ne constituent pas des priorités pour leurs clients.

Daniel Rufiange

L'Avenger est ni plus ni moins qu'une copie de la Sebring; et si vous avez lu ce texte que j'ai eu le privilège d'écrire sur la Sebring, vous aurez constaté que cette voiture ne m'a pas impressionné. Vous ne serez pas surpris si je vous dis que l'Avenger n'est guère plus reluisante. Son comportement routier est ennuyeux, et les sensations au volant sont pratiquement inexistantes, sauf si vous optez pour la version R/T et son moteur de 3,5 litres de 235 chevaux. Ses accélérations sont franches et, au moins, vous aurez un peu de puissance sous le pied droit pour vous faire plaisir. Par contre, à l'inverse de la Sebring, j'aime les lignes de l'Avenger, nettement mieux réussies et caractérielles. Cependant, face à ses rivales, elle manque de souffle.